Huarache bronzine

Le basketball a toujours été plus qu’un jeu pour Michael Jordan. C’était de la joie. C’était de la peine. C’était tout. Des fois, c’était un refuge face aux difficultés de la vie. Dans chaque contrat que Michael signait, une clause “Amour du Jeu” était présente. Cette clause lui donnait le droit de jouer n’importe quand, n’importe où contre n’importe il le voulait – quelque chose qu’il considérait comme non-négociable, bien qu’habituellement les autres athlètes sont contractuellement interdits d’activités annexes pouvant entrainer des blessures. Naturellement, Michael utilisait ce privilège souvent. A chaque voyage en Oregon pour rencontrer et bosser avec Nike, il trouvait le terrain le plus proche et recherchait des pickup games et prenait la gagne.

C’est bon, on connait la reconversion de Kobe Bryant. Afin de copier encore et toujours Michael Jordan, il a décidé de devenir marchand de chaussures, et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il produit des modèles à une vitesse folle. En effet, il sort encore un nouveau coloris pour les Kobe 11.

 Une version prévue, semblerait-il, pour les vacances de la Toussaint et dont le doux nom serait Halloween. De quoi terroriser les adversaires sur les terrains ? On ne se prononcera pas, mais par contre ce qui fait peur c’est la façon dont la fête est représentée sur ce coloris. Bon ok, on a bien un semblant d’ossements au niveau du talon et une tête de mort sur la semelle intérieure, mais sinon il dit qu’il ne voit pas le rapport. D’où peut-être le vrai nom de la paire, les 4KB Pale Horse. C’est donc une base d’un gris très clair qui laisse apparaître du flywire noir qui n’a pas grand chose à voir avec Halloween. À moins qu’il ne faille voir dans le choix de ces couleurs l’aspect d’un poltergeist, celui d’un Kobe Bryant sur les parquets NBA.