Huarache Air trainer

On est en 1976 et le français arrache à Montréal sa médaille d’or aux JO. Peu connu de la jeune génération pour son parcours sportif, sa carrière politique le ramènera sous les flashs, ceux de l’Elysée. Proche de Jacques Chirac il deviendra en 1995, ministre de la Jeunesse et des Sports sous le gouvernement d’Alain Juppé.Si Tinker Hatfield ne pourra pas dessiner une paire pour la biche française des haies, c’est pour un autre athlète bleu-blanc-rouge que le designer imagine aujourd’hui des paires : « Je travaille avec le percheur Renaud Lavillenie. C’est un bon ami à moi et avec mon frère (Tobie Hatfield) nous créons des paires pour lui. Ce garçon est inspirant. Il est petit et il arrive à s’élever à plus de 6m du sol. C’est fou ! ». Après les filets, c’est avec la perche française que Tinker flirte. Une collaboration franco-américaine que Lavillenie a dévoilé sur son Instagram.

Si le jumpman de Michael Jordan a la tête en bas, le logo de l’homme de l’air à lui la tête en bas. Un 360° sous les commandes de Tinker.Derrière le slogan universel de Nike : “Just Do It“, créé en 1988 par une agence de publicité, se cache une origine plutôt sombre.En 2013, la marque au Swoosh fêtait les 25 ans de son célèbre slogan « Just Do It ». Ces trois mots n’ont pas perdu de charisme en 25 ans de carrière, et pour cause, ils sont la signature de Nike, sorte d’emblème pour toutes les générations confondues. Même Google Traduction ne traduit pas ces mots en français quand ils sont alignés dans une phrase (c’est pour dire.). Alors que Nike revenait il y a peu sur l’évolution de la Air Technology des Air Max 90 depuis 28 ans, revenons 25 ans en arrière sur l’origine du slogan planétaire.

Cet indémodable slogan encourage les sportifs (et les moins sportifs) à entreprendre tout ce qu’ils souhaitent et à aller au bout des choses. Un spot publicitaire réalisé pour le 25ème anniversaire de la devise en 2013 illustre bien l’esprit dans lequel la marque à la virgule s’inscrit depuis maintenant plus de 30 ans. Mais derrière ces trois mots se cache un meurtrier comme le révèle le site Deezen.Pour le côté historique, Dan Wieden, directeur de publicité, inventeur de l’actuel et inimitable slogan de Nike, s’est inspiré des derniers mots du meurtrier Gary Gilmore condamné à mort. « Je me rappelais d’un type de Portland.