Huarache argenté

On parle beaucoup de la Draft de 1984 ou de sa petite sœur de 2003 en termes élogieux, comme les meilleures que la NBA ait pu connaître. Pourtant, intercalée entre ces deux générations dorées, une autre cuvée a son mot à dire. Avec 18 titres de champion, 2 MVP des Finales, 4 MVP de saison régulière et 10 All-Stars, la classe 1996 mérite toute notre attention. Ce millésime – qui vient de voir son dernier représentant tirer sa révérence avec un feu d’artifice à 60 points – fête donc cette saison les 20 ans de son arrivée dans la Ligue. Et, force est de constater que ces gars ont non seulement brillé sur les parquets mais aussi grandement contribué à changer le visage de la NBA. Pour le meilleur ou le pire, n’est-ce pas monsieur Stern ?

Après une parenthèse internationale avec Peja Stojakovic et Steve Nash, retour au pays de l’Oncle Sam avec le joueur issu de cette cuvée qui a le plus marqué l’histoire de la NBA comme son palmarès l’atteste. Place donc au jeune retraité, Kobe Bryant.Août 1978. Alors que les Bullets viennent de remporter le titre NBA, Joe « Jelly Bean » Bryant lui boucle sa troisième saison dans la Grande Ligue aux Sixers, de façon anonyme ou presque. Sans le savoir pourtant, son été va avoir un retentissement historique pour le basket américain. Non, on ne parle ni de transfert, ni de contrat ou encore moins de performance sur les parquets, mais plutôt d’une arrivée supplémentaire dans la famille Bryant, puisque sa femme donne naissance à leur troisième enfant, un certain Kobe. C’est bon, vous resituez un peu l’importance de ce qui se passe dans la Cité de l’Amour Fraternel le 23 août 78 ?

Le chemin est encore long bien entendu pour que ce petit bout de chou qui vient de voir le jour devienne le « Black Mamba », et il va le mener en Italie dans le sillage de papa pour sa carrière, avant de rentrer au bercail lors de la retraite de ce dernier. Une jeunesse donc bercée entre Oncle Sam et la Botte, la langue de Shakespeare et celle de Dante, le basket et le foot qui façonnent le caractère et le style Kobe Bryant qui, malgré sa naissance à Philly, est un grand fan des Lakers et mate les matchs de la NBA que son grand-père lui envoie par courrier.