Nike Huarache

Désormais membre des Knicks après avoir sué pendant 9 saisons chez les Bulls, le pivot préféré des Français a quitté sa franchise en faisant les choses bien : une lettre publiée dans le Chicago Tribune, et dans laquelle Jooks dit tout ce qu’il faut.

On peut ne pas l’aimer pour son attitude sur le terrain. On peut le trouver relou à cause de ses décisions concernant le drapeau tricolore. On peut froncer des sourcils concernant son arrivée à New York, après plusieurs mois passés à soigner un corps bien endolori. Mais s’il y a une chose qu’on ne peut pas faire, à moins de jouer à l’aveugle consciemment, c’est nier le boulot formidable réalisé par Noah depuis ses débuts chez les Bulls, afin d’améliorer la situation dans les banlieues de Chicago. Très tôt, le joueur s’est lancé dans cette bataille afin de montrer l’exemple et proposer aux plus défavorisés des pistes pour y arriver dans leur vie. Un tournoi par-ci, un événement par-là, un passage par les quartiers pour rencontrer et discuter avec des familles, tout ce travail n’a pas été autant mis en avant que ses décisions estivales, pour tout un tas de raisons qu’on peut aussi critiquer aujourd’hui. Sauf qu’après avoir beaucoup donné de sa personne via sa fondation (Arc Foundation), Joakim a dû quitter l’Illinois et s’installer dans la Grosse Pomme, pour y jouer avec les Knicks sur les prochaines saisons. Cela n’empêche pourtant pas le joueur de revenir sur ce qu’il y a de plus important, via cette lettre d’au-revoir pleine d’humilité.

Mon aventure me mène aujourd’hui à New York et dans l’équipe que je supportais étant petit. Mais rien n’a été plus important à mes yeux que la ville de Chicago sur ces 9 dernières années, ainsi que les Chicago Bulls et les fans passionnés de cette franchise. Il y a bien trop de personnes que je souhaiterais remercier, mais je veux spécialement remercier la famille Reinsdorf pour m’avoir intégrer dans la famille des Bulls et tout ce que cela a représenté.